Les vernis et finitions nitrocellulosique Fender

craquelure vernis nitro

Les vernis et finitions nitrocellulosique Fender

Note sur les vernis et finitions Fender®

manche aged relic craqueléSi vous avez déjà eu entre les mains une guitare vintage Fender® avec un vernis usé par le temps, faïencé avec des traces de boucles de ceinture, les tournées et la scène, vous avez certainement eu le coup de foudre… Et on vous comprend ! Le look irrésistible de ces instruments exceptionnels produits par Fender® est lié en grande partie à l’utilisation du vernis nitro-cellulosique.

Du début des années 50, à la fin des années 60, cette finition naturelle était utilisée en fines couches sur la majorité des guitares Fender®, avant d’être remplacée par d’autres vernis (polyuréthane, polyester etc..). Le vernis nitrocellulosique a été réintroduit par Fender en 1982, y compris dans quelques séries japonaises, il est aujourd’hui utilisé sur différentes séries d’instruments (American vintage, Custom shop, American Special, Arist Series, etc..). Il est particulièrement apprécié pour ses qualités qui protègent le bois sans pour autant l’étouffer. Les craquelures, les marques de rétractation, les décolorations du vernis sur le corps et le manche font partie de l’usure naturelle (et souvent recherchée) de la guitare dans son jus d’origine.

Sachez le mais les vernis des instruments Fender® ne sont pas couverts par la garantie, comme la quasi totalité des fabricants de guitares électriques et acoustiques.

Ce que vous devez savoir au sujet du vernis nitro-cellulosique :

  • Craquelures : Les matériaux composant une guitare peuvent se dilater ou se contracter dans des proportions différentes, selon l’humidité ou la température. Avec la chaleur, par exemple, le bois se dilate bien plus rapidement que les vernis. fender-finition-nitro-strat-crown-royal-purpleDans de telles conditions, le vernis s’étire mais lorsqu’il n’a plus d’élasticité, il se fissure et forme de fines lignes à la surface du bois. Ces craquelures se produisent généralement en hiver lorsque par exemple, on rentre une guitare dans un intérieur chauffé. L’instrument venant de l’extérieur subit alors d’importants écarts de température. Pensez à acclimater votre instrument et le conserver dans son étui afin d’éviter de voir le vernis se craqueler puis finir par se décoller aux endroits les plus exposés. Lorsque cela est possible, évitez de soumettre la guitare à de telles variations de température. Il existe par ailleurs des produits en bombe par exemple pour faire craquer artificiellement le vernis afin de donner un effet « aged relic » à la guitare.
  • Rétractation : En vieillissant, le bois se rétracte naturellement. Lorsque cela se produit, vous remarquerez que le vernis peut se loger dans les veines du bois, ce qui donne l’impression d’avoir de légers « pocs » en forme ovale un peu plus longue, parfois c’est la fibre du bois qui donne cet effet, on peut voir le vernis se rétracter sur toute la longueur d’une nervure du bois.
  • Réactions chimiques : Utilisez exclusivement des ‘polish’ pour guitare, sans silicone. Evitez les sangles, stands ou crochets avec du revêtement en vinyle, plastique, synthétique ou caoutchouc car ces matières peuvent réagir avec le vernis nitrocellulosique et marquer votre instrument.
  • Entretien : La fumée, la transpiration, les graisses et la saleté contribuent au vieillissement de la guitare et à l’usure de la finition, n’oublier jamais d’entretenir la finition de votre guitare après chaque répétition, séance de studio ou concert. L’entretien permet de préserver la qualité du vernis. Conserver autant que possible votre guitare dans son étui d’origine à l’abri de la lumière et du changement du taux d’humidité dans la pièce de stockage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *